Exposition 4 SËRU NJIITLAAY, ouvrages de dames

La quatrième exposition du CAMÉE est en préparation.

Communiqué de presse

Seru Njiitlaay

Soyez les bien-venus au vernissage le 3 décembre à 17.00 h au Conservatoire, sur l’île, au nord, à Saint-Louis du Sénégal.

SËRU NJITTLAAY

Ouvrages de dames

  • L’exposition Seru Njiittlaay : Ouvrages de dames prend place au centre de l’espace du Conservatoire dont les murs sont occupés par l’exposition permanente de pagnes tissés mandjak anciens.

  • Elle met en scène les pagnes féminins portés sous les boubous et à même la peau comme lingerie. Les plus anciennes pièces collectées à Saint-Louis faisaient partie de trousseaux anciens.

  • Autour de cette collection sont présentés des pagnes simples joliment ouvragés et des pagnes « béthio » assez provocants qui sont des pagnes « de soirée ».

  • Le visiteur découvre aussi différentes provenances : du sud au nord du pays les coutumes de l’habillement varient selon les groupes et ethnies, tous présents à Saint-Louis.

  • Le tout représente plusieurs générations et types de femmes : les aïeules, les mamans, les jeunes mariées.

L’intention de cette exposition est de partager avec les visiteurs des notions d’esthétique et de savoir-faire ainsi que des notions plus « mystiques » de protection.

  • L’esthétique : elle est celle des femmes, soigneuses, savantes en broderie, crochet, et autres détails faits à la main. L’esthétique subit actuellement les influences du monde : celui de la télévision qui à travers les séries suivies par beaucoup de femmes, les instruit de modes exogènes : indiennes, brésiliennes, américaines etc.

  • Les savoir-faire : depuis les temps anciens les influences des français étaient déjà là. En matière de broderie, à Saint-Louis, les jeunes filles eurent à s’appliquer sous le regards des sœurs de Cluny et autres instructrices. Mais une grande majorité de femmes se sont mises à broder et à orner leurs pagnes avec un savoir-faire transmis par leur mère ou leur grand-mère ou tante et ont laissé parler leur fantaisie.

  • Des notions mystiques de protection : du Mali à la Guinée, au Sénégal de même, les pagnes sont des objets si près du corps que l’on choisit avec soin leur matière : du coton de préférence. On surveille de près ce coupon pour qu’il ne disparaisse pas : en effet toute action étrangère sur ce pagne aurait un effet néfaste. Il est d’usage de le soigner et de lui attacher des pouvoirs pour qu’il soit avant tout bénéfique à la santé et qu’il protège des esprits malfaisants pouvant atteindre la fertilité du couple.

La préoccupation permanente des femmes vivant en situation de polygamie exacerbe les stratégies de séduction et la compétition entre co-épouses. Les « béthio » : ces pagnes très courts et tout à fait transparents ne sont donc pas oubliés car en tant qu’ouvrage de dames ils font la démonstration de capacités techniques dans leur réalisation : dentelles de fils pailletés avec perles associées.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s