Exposition 4 SËRU NJIITLAAY, ouvrages de dames

La quatrième exposition du CAMÉE est en préparation.

Communiqué de presse

Seru Njiitlaay

Soyez les bien-venus au vernissage le 3 décembre à 17.00 h au Conservatoire, sur l’île, au nord, à Saint-Louis du Sénégal.

SËRU NJITTLAAY

Ouvrages de dames

  • L’exposition Seru Njiittlaay : Ouvrages de dames prend place au centre de l’espace du Conservatoire dont les murs sont occupés par l’exposition permanente de pagnes tissés mandjak anciens.

  • Elle met en scène les pagnes féminins portés sous les boubous et à même la peau comme lingerie. Les plus anciennes pièces collectées à Saint-Louis faisaient partie de trousseaux anciens.

  • Autour de cette collection sont présentés des pagnes simples joliment ouvragés et des pagnes « béthio » assez provocants qui sont des pagnes « de soirée ».

  • Le visiteur découvre aussi différentes provenances : du sud au nord du pays les coutumes de l’habillement varient selon les groupes et ethnies, tous présents à Saint-Louis.

  • Le tout représente plusieurs générations et types de femmes : les aïeules, les mamans, les jeunes mariées.

L’intention de cette exposition est de partager avec les visiteurs des notions d’esthétique et de savoir-faire ainsi que des notions plus « mystiques » de protection.

  • L’esthétique : elle est celle des femmes, soigneuses, savantes en broderie, crochet, et autres détails faits à la main. L’esthétique subit actuellement les influences du monde : celui de la télévision qui à travers les séries suivies par beaucoup de femmes, les instruit de modes exogènes : indiennes, brésiliennes, américaines etc.

  • Les savoir-faire : depuis les temps anciens les influences des français étaient déjà là. En matière de broderie, à Saint-Louis, les jeunes filles eurent à s’appliquer sous le regards des sœurs de Cluny et autres instructrices. Mais une grande majorité de femmes se sont mises à broder et à orner leurs pagnes avec un savoir-faire transmis par leur mère ou leur grand-mère ou tante et ont laissé parler leur fantaisie.

  • Des notions mystiques de protection : du Mali à la Guinée, au Sénégal de même, les pagnes sont des objets si près du corps que l’on choisit avec soin leur matière : du coton de préférence. On surveille de près ce coupon pour qu’il ne disparaisse pas : en effet toute action étrangère sur ce pagne aurait un effet néfaste. Il est d’usage de le soigner et de lui attacher des pouvoirs pour qu’il soit avant tout bénéfique à la santé et qu’il protège des esprits malfaisants pouvant atteindre la fertilité du couple.

La préoccupation permanente des femmes vivant en situation de polygamie exacerbe les stratégies de séduction et la compétition entre co-épouses. Les « béthio » : ces pagnes très courts et tout à fait transparents ne sont donc pas oubliés car en tant qu’ouvrage de dames ils font la démonstration de capacités techniques dans leur réalisation : dentelles de fils pailletés avec perles associées.

Publicités

Encore un don au Conservatoire

Lors de la préparation de l’exposition « Robes Créoles » nous avons sollicité les grandes dames du Sénégal pour obtenir le prêt de leurs collections des plus anciennes robes de ce style qu’elles peuvent détenir. Madame Marie José Crespin: notre marraine a fait don au Conservatoire de trois robes qu’elle souhaite voir préservées des atteintes du temps. Nous  remercions chaleureusement madame Crespin. 2014-07-12 19.01.19 2014-07-12 19.01.47 OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les Ateliers de l’Élégance: broderie

Une première semaine avec Catherine Lambert, née à Saint-Louis et installée depuis deux ans dans la ville, elle pratique le Point de Croix et enseigne cet « art de peindre au fil » depuis longtemps. Pour le CAMÉE elle a débuté avec 11 personnes un cycle de 4 semaines de perfectionnement. 2014-07-01 12.22.14 2014-07-05 11.05.09 OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA   Semaine 2 avec Sylvie Eliot, résidente à Saint-Louis, brodeuse très très qualifiée ! OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA Avec nous: Lucette dessine: elle est en résidence à la Maison Waww et croque tout ce qui bouge ! OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Semaine 3: reproduction d’un tapis brodé datant de la guerre de 14/18 Maï Diop instruit dans le sens de la créativité à partir d’un modèle. La broderie est simple.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA Coupe des festons de bordure OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Événement 2: La Parade

Notre événement de ce mois de mai 2014 …
L’historique de ce projet est détaillé ci-dessous.

Flyer de la parade

Parade du CAMEE Recto-page-001 Verso Flyer Parade-page-001 Départ
la parade au départ

arrivée
en ville

arrivée au CAMÉE
l’arrivée  au CAMÉE

arrivée OFF

Pape Saloum Ndiaye dit Pikass
Pape Saloum Ndiaye dit Pikass

Mouhamed Diop
Mouhamed Diop

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Meissa Fall

Maï Diop
Maï Diop

Khossé
Khossé

Brigitte Tranchepain
Brigitte Tranchepain

Les gagnants
Les élus du jour

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Amadou Diaw

REP_0355
Moustaph Ndiaye et Marianne

Avec les félicitations de la Présidente,  de Moustaph Ndiaye (directeur du Centre Culturel Abdel Kader Fall: partenaire) et de Mr Amadou Diaw (Directeur des Instituts ISM et des Comptoirs du Fleuve à Saint-Louis et Dakar). Merci et bravo les artistes !

HISTORIQUE DE CE PROJET:

PREMIER PROGRAMME DE SENSIBILISATION AU PATRIMOINE

(JEUNES DE 15 À 18 ANS)

L’association pour le Conservatoire des Arts et Métiers de l’Élégance: A.CAMÉE a été créée pour soutenir les actions du Conservatoire et participer à leur développement. Dans cet objectif, l’association propose dès la rentrée 2013 des ateliers créatifs pour les jeunes, afin de créer des liens entre l’expérience quotidienne des jeunes et leur patrimoine.  Leurs oeuvres feront l’objet d’une exposition au Conservatoire qui sera l’occasion pour eux de parcourir et présenter la salle d’exposition permanente à leurs parents. 

Par le biais des arts plastiques:

La séance débute par la découverte d’une collection d’habits traditionnels, pour offrir un temps d’observation et de mise en croquis, pour développer l’imagination mais aussi le sens de la propreté, de la précision, de l’observation, et élaborer un projet. Nous souhaitons produire avec ces jeunes les mannequins nécessaires aux expositions d’habits : boubous cawalis, ndoquettes, pagnes etc. Nous élaborons ensemble un « cahier des charges »: la créativité sera associée à la fonctionnalité des objets produits (démontables)Nous poursuivons par le travail sur la matière par le découpage, collage, assemblage et modelage, afin de réfléchir à la mise en œuvre sur des maquettes. Construction des formes par la sculpture à partir de structures de fers à béton.Techniques de gouache, acrylique, fusain, craie, encre de chine, argile, travaux d’aiguille etc. 

Les jeunes, curieux, découvrent le patrimoine de leur société et contribuent à sa sauvegarde: Dans le développement du jeune, le jeu peut revêtir un certain caractère de travail : dans le « travail ludique », le jeune acquiert beaucoup de capacités et de qualités, qui étendent la base des processus d’apprentissage dans tous les domaines de la vie. Les conditions matérielles, sociales, mais aussi culturelles, influencent la capacité d’agir d’un être humain dans les différents domaines de son existence. Par le biais de la pratique artistique, le jeune a l’occasion de construire et de définir son identité sur le plan personnel, social et culturel. Aussi nous attacherons durant les séances une très grande importance à inculquer aux jeunes l’intérêt de s’approprier les notions de conservation du Patrimoine, en reliant ces notions à leurs préoccupations.

Saint-Louis, le 2 septembre 2013

 Ce programme a fait l’objet d’une subvention du Conseil Régional St Louis et Matam sur un appel à projet « Patrimoine » avec le soutien du Conseil Régional Nord-Pas-de-Calais.