L’or bleu, mémoires de l’indigo au Sénégal

Le Musée de la Femme de Dakar a sollicité le Conservatoire des Arts et Métiers de l’Élégance de Saint-Louis pour l’étude de différents textiles indigos de ses collections, anciens et contemporains, leur documentation et présentation au musée. Maï Diop a fait ce travail comme commissaire associé.

Collection Mufem

Collection MUFEM

L’exposition a pour objectif de renseigner le visiteur sur le processus de teinture à la cuve et sur la préparation des étoffes avant leur immersion dans le bain de couleur.

Le Conservatoire a prêté ses pièces: celles qui sont comme brodées, en vue de créer des motifs par réserves.

Le mur d’images représentant les femmes habillées d’indigos a bénéficié de cinq photos sauvées de la destruction par le Conservatoire.

Delphine Calmette et Maï Diop vous invitent à découvrir ce parcours nourri des secrets et pratiques ancestrales du Sénégal: pays d’Afrique le plus tôt initié à l’indigo de par la présence portugaise au XVIè s.

Les portugais ont créé la monnaie-pagne qui a servi durant deux siècles dans les échanges commerciaux en Afrique. Pagnes richement ornés à travers une nouvelle technique de tissage mise au point sur les métiers à tisser africains au Cap Vert. L’indigo teint le fil de coton local et la teinture se répand en même temps que la monnaie textile. Nous avons observé les broderies de réserves pratiquées par les femmes wolof de Saint-Louis et elles correspondent point par point à des motifs tissés de ces antiques pagnes. Nous émettons l’hypothèse que les pagnes tissés de grande valeur ont été le modèle emprunté pour réaliser des pagnes teints à réserves brodées. Ceux-ci ont atteint des sommets de raffinement et ont été adoptés tout comme les pagnes tissés pour servir de monnaie d’échange et de compte, de dot, d’offrandes aux chefs et aux souverains.

001

flyer-expo-indigo

Publicités

Exposition 3 « ROBES CRÉOLES »

Dates : du 11 juillet au 30 septembre 2014
Vernissage le samedi 12 juillet à 18.00 h
Commissaire d’exposition : Maï Diop
Scénographie : A.CAMÉE

Avec le soutien du SCAC, la participation effective de Mesdames Anette Mbaye D’Erneville, Marie Pierre Mbaye Myrick, du Musée de la Femme Henriette Bathily et les collections de Mesdames Madeleine Devès Senghor,  Jocelyne Wilfrid Balin; Guylaine Renaudineau et Marie José Crespin.

À la suite de l’exposition THIAWALIS qui présentait trois collections de boubous tissés et brodés descendant des TILBIS de Tombouctou et Djénné nous avons choisi de présenter les robes sénégalaises appelées NDOKETTES ou MAME BOYE au Sénégal, et de les situer dans la lignée des robes créoles portées à travers plusieurs continents où les missions chrétiennes et les colons ont imposé leur vision de la décence au 19è siècle.

CRÉOLE : Nous nous référons à Wikipedia qui donne une définition moderne de l’adjectif :
-Actuellement, la créolisation, notion d’anthropologie et de linguistique, désigne essentiellement un processus de création d’une culture (ou d’une langue) nouvelle, suite à un métissage ou un brassage et par émergence spontanée dans un milieu nouveau.

LES TERRITOIRES DE L’EXPOSITION « ROBES CRÉOLES » :

Le Sénégal et spécifiquement Saint-Louis et Gorée ; Salvador de Bahia ; la Nouvelle Calédonie ;
la Namibie ; la Caraïbe et la Guyane ; la Côte d’Ivoire ; la Guinée Konakry ; le Cameroun …

4 THÈMES TRANSVERSAUX :

– Notions sur le corps dans la tradition
– Le commerce des tissus
– Les missions chrétiennes
– Les modes créoles : ruptures et continuités

25 ROBES CRÉOLES ET UNE DOCUMENTATION ILLUSTRÉE :

« Robes Créoles » instruit sur les fruits du brassage culturel et sur l’interpénétration d’influences africaines, européennes, américaines … Les ndokettes d’aujourd’hui doivent à ce profond et constant métissage, leur extrême variété et richesse.

Affiche Robe Créole épreuve1-page-001

Programmation 2014

TROIS EXPOSITIONS TEMPORAIRES associées à des ateliers sont prévues en 2014

Le principe des expositions-ateliers

Les ateliers sont animés par les bénévoles de l’association qui sollicitent les savoirs-faire endogènes : par exemple de vieux artisans qui veulent transmettre leurs connaissances sont appelés à participer.

Ces ateliers s’adressent à des personnes (femmes artisanes) déjà formées et qui veulent progresser vers le haut de gamme.

Durée : 1 trimestre/ exposition-atelier

1ère exposition : « CAWALIS ». Elle sera associée à un atelier de broderie à la main. Janvier à mars.
Tenue de prestige, le Cawali est un grand boubou masculin. Le textile tissé est rebrodé.

Tenue de prestige, le Cawali est un grand boubou masculin. Le textile tissé est rebrodé.

Pour cette exposition nous recherchons des personnes disposées à prêter des pièces de famille.

2ème exposition : PETITS PAGNES ». Elle sera associée à un atelier de crochet-dentelle. Avril à juin.
Le petit pagne est un "dessous". Souvent "fait-maison", au crochet, il est  ajouré et peut ressembler à la dentelle.

Le petit pagne est un « dessous ». Souvent « fait-maison », au crochet, il est ajouré et peut ressembler à la dentelle.


3ème exposition : « NDOQUETTES ». Elle sera associée à un atelier de poupées costumées. Septembre à décembre.

Robe à volant de style créole

Robe à volant de style créole 

Pour cette exposition nous recherchons des personnes disposées à prêter des pièces de famille, de modes créoles, antillaises, bahianaise et sénégalaise bien-sur.

Nouveau don au Conservatoire

Ce 20 août Madeleine Devès Senghor a fait don au Conservatoire d’une robe ancienne dont l’étoffe a été préparée par une teinturière de Saint-Louis en 1965. Ce style de robe appelée localement « ndokette » est un modèle de tenue qui se porte encore de nos jours. Elle est une alternative au port du boubou, son ampleur laisse le corps respirer, elle se porte généralement avec un pagne assorti. Après une petite restauration, cette pièce est conservée jalousement pour être exposée lors de notre programme « ndokettes » au 4ème trimestre 2014. Nous remercions Madame Madeleine Devès Senghor pour ce don.

Ndoquette indigo Don de M.Senghor

Ndoquette indigo
Don de M.Senghor

Nous programmons une exposition sur le thème de la ndoquette: cette robe est intéressante à plus d’un titre car sa coupe est très proche de celle des robes antillaises et bahianaises. Remarquez aussi l’association avec la broderie anglaise qui est commune à ces différentes robes.

Bahianaise

Bahianaise

http://afrodes.wordpress.com/category/afrique-afrodescendants/

Sénégalaise

Sénégalaise

http://cartes-postales.delcampe.fr/page/item/id,135463388

Antillaise

Antillaise

http://lentilus.com/robe-madras/15-robe-longue-madras-smokee-broderie.html

Nous lançons l’information pour que d’ici août 2014 les personnes qui détiennent ce genre de robe (ancienne, exceptionnelle …) nous fassent une offre de prêt. Un contrat de prêt sera établi entre la direction du Conservatoire et les prêteurs.

Exposition 1 Takk bleus et palman: les couleurs de l’indigo

Affiche_1_indigo

Takk est l’expression wolof qui désigne l’acte d’attacher serré. C’est ce que l’on fait pour préparer l’étoffe avant de la teindre à l’indigo. Après teinture on lâche toutes les ligatures et apparaissent les motifs en blanc sur bleu.

Palman est la couleur indigo modifiée par adjonction de cyanure de cuivre. La couleur obtenue est un magnifique violet cuivré.

L’exposition présente des « travaux en cours »: pièces rares qui montrent les travaux de réserve avant teinture, après teinture, en cours de mise à plat … Ces objets textiles sont en soi de véritables œuvres: elles contiennent la densité d’une culture très attachée à ses symboles, la gestuelle patiente et ardente d’artisanes expertes, mais peu nombreuses aujourd’hui. Sont présents les pagnes tissés et teints à l’indigo, les boubous dans leur ample splendeur bleue, violette, palman … cette couleur aubergine dorée qui donne au basin calandré une allure de bijou très seyant … Plusieurs pièces exceptionnelles de la collection privée de Maï Diop, de celle de Mansour Thioye et deux robes contemporaines de Rama Diaw, styliste montante de Saint-Louis donnent à cette exposition le caractère didactique et documentaire que le CAMÉE veut offrir à la commune de Saint-Louis, à ses habitants et aux visiteurs attentifs à comprendre  les aspects culturels contenus dans la vieille cité classée.

Maï Diop.

Déjà des dons, prêts et acquisitions pour le tout jeune CONSERVATOIRE …

Non seulement les visites guidées sont bien demandées et recueillent l’appréciation admirative de nos premiers visiteurs, mais les habitants de Saint-Louis viennent eux aussi, pour témoigner de leurs expériences familiales, sociales ou artisanes. Je ne laisserais ma place pour rien au monde, tant les échanges sont agréables et documentent chaque fois mieux l’exposition en cours. Un livre sur la mode africaine produit par la Fondation Prince Claus a été donné à notre bibliothèque naissante par Youssouf et Anne-Marie Coulibaly. Patricia Gérimont a donné « Teinturières de Bamako »: le livre qu’elle a écrit et qui est impossible à trouver aujourd’hui car en rupture de stock. D’autres ouvrages comme « BLEU » de Michel Pastoureau nous ont été prêtés. Enfin, nous avons eu la surprise de trouver un boubou très ancien qui a aussitôt été admis pour augmenter la collection TAKK. Il est exposé en regard d’échantillons de « travaux en cours » montrant une technique maintenant disparue. Ce boubou en véritable indigo dont je présente l’image ci-dessous est tout simplement venu à point nommé. (origine: Podor)

Image

Image

Image