Exposition 4 SËRU NJIITLAAY, ouvrages de dames

La quatrième exposition du CAMÉE est en préparation.

Communiqué de presse

Seru Njiitlaay

Soyez les bien-venus au vernissage le 3 décembre à 17.00 h au Conservatoire, sur l’île, au nord, à Saint-Louis du Sénégal.

SËRU NJITTLAAY

Ouvrages de dames

  • L’exposition Seru Njiittlaay : Ouvrages de dames prend place au centre de l’espace du Conservatoire dont les murs sont occupés par l’exposition permanente de pagnes tissés mandjak anciens.

  • Elle met en scène les pagnes féminins portés sous les boubous et à même la peau comme lingerie. Les plus anciennes pièces collectées à Saint-Louis faisaient partie de trousseaux anciens.

  • Autour de cette collection sont présentés des pagnes simples joliment ouvragés et des pagnes « béthio » assez provocants qui sont des pagnes « de soirée ».

  • Le visiteur découvre aussi différentes provenances : du sud au nord du pays les coutumes de l’habillement varient selon les groupes et ethnies, tous présents à Saint-Louis.

  • Le tout représente plusieurs générations et types de femmes : les aïeules, les mamans, les jeunes mariées.

L’intention de cette exposition est de partager avec les visiteurs des notions d’esthétique et de savoir-faire ainsi que des notions plus « mystiques » de protection.

  • L’esthétique : elle est celle des femmes, soigneuses, savantes en broderie, crochet, et autres détails faits à la main. L’esthétique subit actuellement les influences du monde : celui de la télévision qui à travers les séries suivies par beaucoup de femmes, les instruit de modes exogènes : indiennes, brésiliennes, américaines etc.

  • Les savoir-faire : depuis les temps anciens les influences des français étaient déjà là. En matière de broderie, à Saint-Louis, les jeunes filles eurent à s’appliquer sous le regards des sœurs de Cluny et autres instructrices. Mais une grande majorité de femmes se sont mises à broder et à orner leurs pagnes avec un savoir-faire transmis par leur mère ou leur grand-mère ou tante et ont laissé parler leur fantaisie.

  • Des notions mystiques de protection : du Mali à la Guinée, au Sénégal de même, les pagnes sont des objets si près du corps que l’on choisit avec soin leur matière : du coton de préférence. On surveille de près ce coupon pour qu’il ne disparaisse pas : en effet toute action étrangère sur ce pagne aurait un effet néfaste. Il est d’usage de le soigner et de lui attacher des pouvoirs pour qu’il soit avant tout bénéfique à la santé et qu’il protège des esprits malfaisants pouvant atteindre la fertilité du couple.

La préoccupation permanente des femmes vivant en situation de polygamie exacerbe les stratégies de séduction et la compétition entre co-épouses. Les « béthio » : ces pagnes très courts et tout à fait transparents ne sont donc pas oubliés car en tant qu’ouvrage de dames ils font la démonstration de capacités techniques dans leur réalisation : dentelles de fils pailletés avec perles associées.

Publicités

Exposition 3 « ROBES CRÉOLES »

Dates : du 11 juillet au 30 septembre 2014
Vernissage le samedi 12 juillet à 18.00 h
Commissaire d’exposition : Maï Diop
Scénographie : A.CAMÉE

Avec le soutien du SCAC, la participation effective de Mesdames Anette Mbaye D’Erneville, Marie Pierre Mbaye Myrick, du Musée de la Femme Henriette Bathily et les collections de Mesdames Madeleine Devès Senghor,  Jocelyne Wilfrid Balin; Guylaine Renaudineau et Marie José Crespin.

À la suite de l’exposition THIAWALIS qui présentait trois collections de boubous tissés et brodés descendant des TILBIS de Tombouctou et Djénné nous avons choisi de présenter les robes sénégalaises appelées NDOKETTES ou MAME BOYE au Sénégal, et de les situer dans la lignée des robes créoles portées à travers plusieurs continents où les missions chrétiennes et les colons ont imposé leur vision de la décence au 19è siècle.

CRÉOLE : Nous nous référons à Wikipedia qui donne une définition moderne de l’adjectif :
-Actuellement, la créolisation, notion d’anthropologie et de linguistique, désigne essentiellement un processus de création d’une culture (ou d’une langue) nouvelle, suite à un métissage ou un brassage et par émergence spontanée dans un milieu nouveau.

LES TERRITOIRES DE L’EXPOSITION « ROBES CRÉOLES » :

Le Sénégal et spécifiquement Saint-Louis et Gorée ; Salvador de Bahia ; la Nouvelle Calédonie ;
la Namibie ; la Caraïbe et la Guyane ; la Côte d’Ivoire ; la Guinée Konakry ; le Cameroun …

4 THÈMES TRANSVERSAUX :

– Notions sur le corps dans la tradition
– Le commerce des tissus
– Les missions chrétiennes
– Les modes créoles : ruptures et continuités

25 ROBES CRÉOLES ET UNE DOCUMENTATION ILLUSTRÉE :

« Robes Créoles » instruit sur les fruits du brassage culturel et sur l’interpénétration d’influences africaines, européennes, américaines … Les ndokettes d’aujourd’hui doivent à ce profond et constant métissage, leur extrême variété et richesse.

Affiche Robe Créole épreuve1-page-001

Séance de dédicace ce 19 juin 2014

L’Institut Français a choisi le Conservatoire pour la présentation du livre « NANA BENZ Parcours de vie » en présence de l’auteur Pr Dalé Hélène Labitey. Vous êtes conviés à partager l’événement qui se tiendra à 18.00h au CAMÉE .

Dès les années 1930, une catégorie de revendeuses de tissus s’est affirmée comme l’aile la plus active de la bourgeoisie commerçante togolaise. Sur ce marché des tissus, qui s’est avéré un des secteurs les plus lucratifs de l’économie du pays, ces femmes ont eu une emprise absolue. Leur mode de vie illustre l’étendue de leur réussite : dépenses ostentatoires, immeubles cossus, œuvres caritatives, voitures dernier cri, etc. Mais si leur renommée a largement dépassé les frontières du Togo et de l’Afrique, leurs parcours individuels étaient, à ce jour, méconnus. C’est le défi que le Pr Dalé Hélène Labitey relève dans le présent ouvrage, et de fort belle manière, à travers une galerie de portraits de ces femmes valeureuses, émancipées et patriotes, qui ont rivalisé de talent, de créativité et d’audace pour faire de Lomé la capitale du pagne.

Genre : Biographie
112 pages
Prix : 30.00 € | 15000.00 XOF
660g | Format : 22 x 28 cm

5373ab1fee66e

benz

Notre exposition permanente: L’exposition d’un héritage

Wané Ndono l'affiche

En wolof, « Wané Ndono » est un peu singulier: cela signifie « un héritage en exposition » … or un héritage se partage, mais ne s’expose pas, dans les usages locaux. Nous espérons que le débat va s’ouvrir d’autant mieux, car polémiquer sur la polysémie est un des plaisirs à partager largement au Sénégal si l’on est candidat.

Notre exposition permanente Wané Ndono est donc en place et nous allons l’inaugurer ce mercredi 12 juin 2013 à 18:00h en présence de deux professeurs de l’Université de Floride:

Victoria Rovine: elle travaille actuellement sur un livre qui mettra en regard le design de mode en Afrique et l’influence de celui-ci sur la mode occidentale.

Fiona Mc Laughin: langues et culture populaire africaines

Dans l’avenir les expositions temporaires s’installeront dans l’espace central de notre Conservatoire, qui doit être équipé de panneaux autoportants et de grands kakemonos descendant des cintres.

Nous vous proposons, même de très loin, de soutenir les initiatives de l’Association pour le Conservatoire des Arts et Métiers de l’Élégance: demandez nous notre dossier-projet, pensez à nous qui recyclons tout matériel de muséographie (éclairages, vitrines, praticables etc.) ou adhérez à l’association avec le bulletin ci-joint.